Calendrier

   
• Numéro d'urgence des aumôniers d'hôpitaux
  
Conservez et diffusez ce numéro : 06 32 50 09 45

Protestants en fête, communiqué de presse


Le protestantisme français commémore ses 500 ans d’existence à Strasbourg les 27, 28 et 29 octobre prochain pour la 3ème édition du rassemblement Protestants en fête ; 3 jours de fête, de réflexion, de témoignage et d’engagement pour vivre la fraternité et porter ensemble la question de la Genèse : « Qu’as-tu fais de ton frère ? » (Genèse 4.10)
La richesse et la diversité du programme proposé lors de cet événement - festif, artistique, historique, culturel, musical, social, éthique, cultuel et spirituel, œcuménique et interreligieux…- rappelle la longue tradition protestante à être force d’interpellation et de participation au débat public et à contribuer à l’enrichissement de la société vers un monde plus fraternel.
Protestants en fête à Strasbourg est le Temps fort de cette année « Protestants 2017, 500 ans de Réformes, vivre la fraternité». Evénement national organisé par la Fédération protestante de France, ouvert à tous, il rassemblera plus de 10 000 participants. La première édition de cet événement s’était déjà déroulée à Strasbourg en 2009 suivie en 2013 par celle de Paris.


 Grande journée Mosaïc

            250 jeunes se sont retrouvés le samedi 15 juillet, à Goussainville dans le nord de Paris,  pour une journée de rencontre, de partage, de sport aussi : ils venaient de 25 Eglises différentes, ils ont des cultures différentes, ils ont joué et lutté en équipes et ont tissé entre eux des liens pour l’avenir.
           C’est une magnifique réussite pour David Brown, qui avait fait venir des sportifs américains pour aider l’organisation des équipes aussi bien en football, basket, volley - ball qu’en relais, etc. Ces équipes étaient mixtes, c’est-à-dire qu’elles groupaient des jeunes d’Eglises différentes pour jouer ensemble.
           David Brown a remercié l’église baptiste de Goussainville et son pasteur Ernst Brice pour leur accueil. Il a également remercié tous les responsables de jeunesse dans les églises et les jeunes eux-mêmes.
           Un grand merci à David, qui nous dit : « Que l’unité dans le Christ continue à fleurir à travers la jeunesse ! »  Un souhait que nous partageons pour faire grandir les relations entre les 25 Eglises différentes qui composent la Fédération protestante d’Ile-de-France.

 Toujours d'actualité

• Fréquence protestante,  c'est la radio qui vous écoute sur 100.7 FM et aussi sur www.frequenceprotestante.com
Ecoutez-la tous les jours de 12h à 14h30, le samedi de 12h jusqu'au dimanche  à 5h30 et le lundi de 20h45 à 5h30.
C'est votre radio avec beaucoup d'émissions sur de nombreux sujets dans l'actualité et aussi des cycles bibliques.
Prenez connaissance des programmes sur le site internet, écoutez et réécoutez Fréquence protestante.
Le 4è jeudi de chaque mois à 14h, la Fédération protestante d'Ile-de-France a une émission sous le titre "Eglises ensemble". Si vous souhaitez participer à une émission, parler de votre Eglise, parler de vos expériences, contactez-nous fpf-iledefrance@orange.fr

Dépliant Fédération protestante-Ile-de-France. Nous l'envoyons à tous les représentants des Eglises en Ile-de-France. Si vous le désirez, nous vous l'enverrons par mail ou par la poste.

• Mise à jour du listing 2017-18
Si vous avez des changements de lieu, de téléphone, d'e-mail, signalez-le au secrétariat (
fpf-iledefrance@orange.fr).
Ce listing par départements et par communes permet de trouver les différentes églises protestantes suivant le lieu. Sont mises à jour le 28 février 2017 : l'Eglise protestante unie de France, la Fédération des Eglises baptistes de France, l'Union des Eglises Evangéliques Libres.

 

 

 

 

 C'ÉTAIT HIER, EN 2016

Assemblée générale de la Fédération protestante de France
Elle s'est tenue au siège de l'Armée du Salut les 30 et 31 janvier 2016. Alors que les Eglises sont bousculées depuis l'annonce du synode  2015 de l'EPUdF sur les bénédictions, et qu'un courant contraire se dessine, il importe avant tout de maintenir le lien qui rassemble plus de trente Eglises et Unions ainsi qu'un grand nombre d'œuvres et mouvements. C'est ce qu'exprima le président Clavairoly dans son message et que confirma une décision sur le méthode de travailler le "lien fédératif". Trois recommandations concernent la poursuite de l'engagement dans le service civique, la crise migratoire et le changement climatique.
L'Eglise Hillsong France a été admise définitivement dans la FPF. Nous en reparlerons.

Décision importante, pour fêter en 2017 les 500 ans de la Réforme, c'est Strasbourg qui accueillera un rassemblement national de deux jours, et il y aura d'autres rendez-vous. ( Photos Gérard Boniface )

 

 

 En 2015, Jérémie Chamard devient président de la FP d’Ile-de-France

Le 16 juin, le Comité directeur de la Fédération protestante d’Ile-de-France a été amené à choisir un nouveau président car Philippe Leduc, élu en 2014, a démissionné, son Eglise  l‘envoyant à Bruxelles.
C’est Jérémie Chamard, représentant des Eglises évangéliques libres, qui a été élu. Ces Eglises, nées du Réveil du XIXè siècle, ont conservé leur indépendance lors de la création de l’Eglise réformée  de France, en 1938
 Fils et petit-fils de pasteur libriste, Jérémie Chamard, 36 ans, marié, père de deux enfants, se reconnaît tout à fait dans la devise de son Eglise : « Dans les choses importantes, Fidélité ; dans les choses secondaires, Liberté ; en toute chose, Charité ». Il se réjouit de l’ouverture  que donne la Fédération protestante à des Eglises souvent très proches. Il pense qu’à partir des pastorales existantes (ou à créer), il est possible de stimuler les échanges entre églises locales, en particulier dans les banlieues éloignées de la capitale – il est lui-même pasteur à Bouffémont, Val d’Oise.
Le Comité directeur se compose de  seize délégués représentant les 26 Eglises ou Unions d’Eglises de la FP –IDF plus des invités permanents.

 
Jérémy Chamard                   Ambiance studieuse

Le Comité                                                                                                     ( Photos Gérard Boniface )

 

 

 

 

Culte du Souvenir – mai 2015

 

 

A l’occasion du 70è anniversaire de l’armistice du 8 mai 1945, c’est à l’église luthérienne Saint-Jean (Église Protestante Unie de France) qu’était célébré le culte du Souvenir des Morts pour la France le dimanche 3 mai. Après l’introduction du pasteur Stéphane Rémy, aumônier en chef aux Armées (qui rappela la mort de Bonhoeffer en avril 1945), le pasteur Frédéric Chavel célébra le culte avec deux aumôniers. Sa prédication partait de la vigne et les sarments, de notre envoi et des dangers qui peuvent faire basculer du mauvais côté, du besoin de spiritualité, et du but qu’est « vivre par amour » et même « mourir par amour ».
L’église étant très proche des Invalides, le pasteur Françoise Vinard avait eu l’idée d’amener un pensionnaire centenaire de cette institution, Georges Zwang, qui put participer au culte et au verre de l’amitié.

 

 


Frédéric Chavel avec Nathalie Guillet, Françoise Vinard et Stéphane Rémy.

 

 

Durant la sonnerie « aux morts »

 

 


Georges Zwang.                                                       ( Photos Gérard Boniface )

 

 

 

 

Pastorale 2015 : gestion des Eglises et Paris Climat

C’est l’Eglise protestante allemande de Paris de la rue Blanche qui accueillait la journée pastorale d’Ile-de-France le 9 avril et c’est son pasteur, le Dr Martin Beck, qui a ouvert la matinée par un rapide historique de cette Christuskirche.
Le premier thème étant l’argent de l’Eglise et le mode de rémunération des pasteurs, le président Philippe Leduc propose l’image du pasteur « serviteur » (Mt 20, 26) et parle du bonheur de donner : le repas sera offert à tous et l’équipe qui l’a préparé fait don de son travail.
• Bertrand de Cazenove (Eglise protestante unie) débute avec le modèle  centralisé et hiérarchisé : la paroisse assure sa gestion et  envoie à son Eglise une part importante de ses recettes pour couvrir les dépenses communes (enseignement, synodes, représentations) ; les pasteurs reçoivent tous la même rémunération, quelle que soit leur fonction.

 

 
Philippe Leduc, Bertrand de Cazenove

 
Ivan Carluer                                                   Vincens Hubac entre Patrick Lagarde et Samuel Foucachon

90% de la recette
• Ivan Carluer (UECE/ADD) prône un modèle américain qui prend le contrepied de l’égalité des salaires pour favoriser l’efficacité et encourager l’expression des dons personnels. La paroisse garde 90 % de ses recettes, qu’elle partage en trois : rémunération des ministères pastoraux, rémunération des autres ministères (par contrats) et investissements immobiliers.
L’assistance réagit aux questions de salaires, de contrats. Vincens Hubac remarque que Jésus appartenait à la classe moyenne et qu’il avait un trésorier : il n’était pas pauvre.
• Patrick Lagarde (UFA) décrit le système adventiste comme hyper centralisé : la paroisse envoie 90 % de ses gains à la Fédération, qui assure le paiement des pasteurs, le fonctionnement des églises et entretient des écoles et des hôpitaux, cela au plan mondial (14 millions d’adventistes dans le monde, 10 000 membres en France). Un  autre monde.

 
Patrick Lagarde                                                                        Marc Deroeux

• Marc Deroeux (FEEBF) explique que la Fédération baptiste a adopté depuis 2004 un fonctionnement communautaire : l’église locale paie son pasteur (jusqu’alors rétribué par la Fédération), ses charges, etc. et décide du montant de sa participation fédérative. Rien n’est imposé, sauf 3% des recettes affectées au patrimoine commun. Ce modèle est proche de celui des unions d’Eglise.
L’assistance réagit sur les avantages de la liberté - pour le pasteur qui n’a pas sa paroisse pour patron –ceux de la sécurité et de la solidarité. Pierre de Mareuil aimerait savoir comment expérimenter le système  d’Ivan Carluer.

 
Aude Millet-Lopez                         Michel Rayroux

Après le déjeuner – merci à Emil Lazar – place à Paris Climat 2015. Aude Millet-Lopez, chargée de communication de la FPF, explique les enjeux de cette réunion de l’ONU (28 novembre-12 décembre), parle de l’engagement  de la FPF depuis le jeûne pour le climat jusqu’à la mobilisation actuelle qui veut amener vers Paris le plus de gens possible pour obtenir de vrais résultats. De Norvège par le Danemark, de Finlande et Suède, les Eglises organisent des pèlerinages vers  Paris ; d’Angleterre et d’Italie, d’Afrique, on se prépare. Le mouvement est largement œcuménique et s’étend vers l’inter-religieux.
Michel Rayroux, spécialiste de l’organisation d’événements, vient de participer à une réunion collective afin de coordonner les nombreuses initiatives. Il  donne des précisions, annonce des veillées et parle de la recherche de lieux d’accueil.

 
Alice Ollagnon                          Adrien Chaboche

La jeunesse n’est pas en reste, Alice Ollagnon et Adrien Chaboche apportent l’engagement des éclaireurs unionistes EEUdF alliés aux scouts catholiques.
C’est sur ces notes d’espérance que se termine la pastorale. (photos Gérard Boniface)

 

 

 

 

 

Le 6 novembre 2014 à l’Arc de Triomphe

 

 

A la demande de l’aumônerie aux Armées, c’est  la Fédération protestante de France avec son président François Clavairoly qui a ranimé la flamme du soldat inconnu sous l’Arc de triomphe de l’Etoile le jeudi 6 novembre. Cérémonie très ritualisée, soutenue par la musique des Pompiers de Paris, elle a fait participer des enfants, des éclaireurs (et éclaireuses), des anciens combattants, des représentants d’association et plus d’une centaine d’invités. Stéphane Rémy, aumônier en chef, l’avait placée sous le signe du bleuet de France, symbole de l’aide apportée aux blessés de guerre – ceux d’hier comme ceux d’aujourd’hui. Ce sont deux enfants qui ravivèrent la flamme avec le président Clavairoly, scellant le souvenir des anciens et la transmission des valeurs.
Après la cérémonie, un verre de l’amitié permit de se retrouver au temple de l’Etoile, avenue de la Grande Armée.
Question : qu’est-ce qui vous a le plus surpris dans cette cérémonie ? Réponse 1 : qu’on ait arrêté la circulation avenue des Champs Elysées pour laisser passer notre cortège. Réponse 2 : qu’on ait chanté A toi la gloire sous l’Arc de Triomphe.

 

 

Film sur le déroulement de la cérémonie. ( photos Gérard Boniface )

    

 

 

 

Culte du Souvenir - novembre 2014
En cet automne du centenaire de 1914-18, c’est le dimanche 9 novembre qu’avait lieu au temple de Pentemont le culte du Souvenir des Morts pour la France. Célébration officielle et aussi célébration de l’amitié, le major Patrick March, de l’Armée du Salut, ayant choisi pour thème de sa très belle prédication la parole de Jésus : « il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » (Jn 15,13). Amitié aussi dans l’accueil de la paroisse, dans la liturgie que se partageaient trois aumôniers aux Armées et que soutenait avec vigueur la fanfare de l’Armée du Salut, jusque dans les répons.
( Photos Gérard Boniface )

 

 

 


                                                                                                       Philippe de Bernard, aumônier régional.

 

 

 
À droite, Stéphane Rémy, aumônier général.

 

 

 
Pendant la prédication du Major Patrick March.            De g. à d. : les aumôniers, Françoise Vinard, Nathalie Guillet, Philippe
de Bernard et le major Patrick March de l'Armée du Salut.                

 

 

  Stéphane Rémy rend hommage à la Croix Rouge.

 

 

 

 

 

UN NOUVEAU BUREAU POUR L'ILE-DE-FRANCE

 

 

Le Comité directeur de la Fédération protestante d'Ile-de-France s'est réuni le mardi 27 mai et a renouvelé son bureau, le pasteur Patrzynski étant arrivé à l'expiration de son mandat. Après une conversation amicale, Philippe Leduc, pasteur de l'Union des Fédérations d'églises adventistes, a accepté de devenir président tandis que Emmanuel Botolo,  un des fondateurs de la Communauté des Eglises d'Expression africaine en France (CEAF), a bien voulu être vice-président. Deux laïcs complètent le Bureau : Philippe Gablin, qui est administrateur des Eglises et des Œuvres Horizon, met son expérience de gestionnaire en devenant trésorier, et Elisabeth Hausser, journaliste dans la presse écrite et la radio, continue d'assurer le secrétariat.
Le Comité directeur, composé actuellement de 11 membres, pense appeler un ou deux pasteurs pour compléter l'éventail de sa représentation.

 


 

PASTORALE 2014 : COMMUNIQUER

 

 

 

C’est sur le thème si présent de la communication que se sont réunis 70 pasteurs de la Fédération protestante de la Région parisienne  le 10 avril, un thème encadré par «la parole et les relations». Avant même que commencent les exposés, Jérémie Chamard avait dans sa prière d’accueil passé en revue à peu près tous les moyens à notre portée pour faire savoir et témoigner. Excellente introduction pour les exposés de Frédéric Genty, informateur régional de l’EPUdF et directeur de Paroles protestantes, et de Jean-Luc Gadreau, directeur de l’Ecole baptiste de communication. Tous deux vont  donner d’excellents conseils, valables quelque soit le moyen utilisé : cibler le public à toucher, définir son message, donner une cohérence aux diverses formes que va prendre sa diffusion, qu’il s’agisse d’une vitrine extérieure ou des réseaux sociaux, choisir le moment du lancement et faire un rappel...

 

 



 

 

1- Frédérc Genty, 2/3 -Jean-Luc Gadreau.

 

 

 

Je communique, tu communiques
Jean-Luc Gadreau fait une présentation multimédia - l’image d’abord puis l’écoute, et le texte, -  soutenue par de remarquables exemples techniques. Il faut penser qu’un message d’évangélisation peut être repris, retwitté, donc être prêt à discuter. La salle réagit. Fréquence protestante a des milliers d’auditeurs qui se servent des émissions. Un pasteur parle des jeunes centrés sur eux-mêmes, qu’un message peut toucher. Le président évoque les vertus du silence.
Dans notre monde super-communicant et hyper-actif, il ne faut pas avoir peur de se servir autrement de la lecture comme de l’image. Et l’humour peut rééquilibrer.


Visibilité et témoignage
L’après-midi, c’est de la communication de la Fédération protestante de France que parle Aude Millet-Lopez, chargée de ce service. Le but de la FPF est d’être présente dans la société, de donner l’image du protestantisme d’aujourd’hui ainsi qu’un témoignage commun. Pour cela, elle a sa propre production - radio, télévision, communiqués – et aussi la collaboration avec les médias protestants ou non, avec les services de communication des Eglises, le portail protestants.org, de plus en plus important, les conférences, les relations publiques.

Aude évoque les communiqués de la Conférence des Eglises chrétiennes en France (CECEF), des déclarations de la Conférence des responsables de culte en France (CRCF) créée en 2010. Elle parle du développement des pôles fédératifs de la FPF, du soutien apporté aux aumôneries, dont celles des prisons, de l’armée... et aussi de la question des archives, car toutes les informations doivent rester disponibles. Pour aujourd’hui et pour demain.  /E.H.

 


4 - Aude Millet-Lopez, 5 - L'assemblée attentive. (Photos Gérard Boniface)